Lanleff

De Kono Phil Ceci est la tagline
Révision datée du 16 août 2021 à 22:31 par Fylip22 (discussion | contributions) (→‎Information historique)
(diff) ← Version précédente | Voir la version actuelle (diff) | Version suivante → (diff)
Aller à la navigation Aller à la recherche

Lanleff, commune des Côtes-d'Armor.

Généralité

Information historique

Géographie départementale des Côtes-du-Nord : rédigée sur les documents officiels les plus récents. par J. Gaultier du Mottay, Ed. Vivier, J. Rousselot. 1862

Extrait
Lanleff, 378 hab. ; — bornée au N. par Yvias ; à l'E. par Pléhédel ; au S. Par Tréméven ; à l'O. par Le Faouët et Quemper-Guézénec, dont elle est séparée par le Leff ; — école mixte, 43 élèves ; — faisait partie de l'ancien évêché de Dol et était trève de Lanloup ; — dépend de la perception de Plouha. — Toute l'illustration de cette commune, dont le sol est accidenté et assez fertile, consiste dans le monument qu'elle possède à son chef-lieu et qui est connu de tous les archéologues sous le nom de Temple de Lanleff. Ce monument, sur lequel on a beaucoup disserté et auquel on a donné une antiquité exagérée, est tout simplement une église circulaire et chrétienne de la fin du XIe siècle, et n'a jamais servie, comme on l'a publié, à aucune cérémonie païenne. L'administration s'occupe, depuis plusieurs années, à sauver de la destruction ce vénérable édifice qui sera mieux apprécié lorsque les terres qui l'entourent encore du côté de l'est auront été enlevées. — L'église paroissiale, dédiée à la sainte Vierge, a été bâtie en 1859 ; la chapelle du Veulch ou de Saint-Briac est du siècle dernier. — Géologie : Schiste talqueux et granite. — Maires : Ont rempli successivement ces fonctions, MM. P. Le Cain, G. Le Meur, F. Le Saux, F. Le Blaye, G. Le Blaye, V. Ollivier, F. Perret, P. Le Cain, J.Le Roy, J. Durand, maire actuel.

Antiquité de la Bretagne, par M. le Cher de Fréminville, 1837

Extrait
...Le temple de Lanleff est un édifice de figure circulaire et qui se compose de deux enceintes en maçonnerie, concentriques l'une à l'autre. L'enceinte intérieure, qui doit nous occuper d'abord, enferme un espace de trente pieds de diamètre. Elle est percée de douze portes à ceintres pleins, placés à des intervalles égaux et dont chaque arcade est soutenue par deux colonnes courtes ; les chapiteaux de ces colonnes sont ornés dans leurs angles, de têtes de bélier grossièrement sculptées, et tellement dégradées par le temps, qu'elles sont à peine reconnaissable....

Autres sources

Voir aussi